L'expertise au service de votre développement international
Français English

Cabotage: le ministre en phase avec l'AFTRI

Frédéric Cuvillier, ministre en charge des transports se prononce contre la libéralisation du cabotage.

La semaine dernière Frédéric Cuvillier, notre ministre des transports a participé à une opération de contrôle aux portes de Paris. A cette occasion il a constaté combien les règles du jeu étaient faussées entre professionnels français et européens.. Il s’est prononcé contre toute forme de libéralisme du transport de marchandises tant que la réglementation ne sera pas harmonisée au plan européen. « Il en va de la compétitivité de nos entreprises », a-t-il déclaré.

C’est donc avec satisfaction que l’AFTRI a pris connaissance de cette position du ministre, auquel elle a demandé audience. En effet le Ministre abonde dans le sens de la profession. Tel était le message du Président de l’AFTRI dans plusieurs déclarations et articles parus en juin dernier suite à la communication du rapport du groupe à haut niveau sur l'évolution du marché européen  et qui recommande l'ouverture progressive du marché européen des transports de marchandises par route

En voici quelques extraits :

Pour l’AFTRI, il n’est pas envisageable de soutenir la proposition d’aller de l’avant vers une plus grande libéralisation. Le marché européen est un marché à plusieurs vitesses où s’affichent les disparités sociales et concurrentielles qui existent entre les différents pavillons nationaux. Une plus grande ouverture du cabotage va renforcer la concurrence des transporteurs originaires des pays à bas coûts au détriment des pavillons où les performances sociales sont plus élevées, car la logique économique des chargeurs privilégie les tarifs toujours plus bas. Le risque est donc de voir les conditions de travail des conducteurs se dégrader.

Il est indispensable de supprimer les distorsions de concurrence qui peuvent conduire à des dérives en matière de sécurité routière et d’environnement.

Le contexte économique influe sur les comportements et les stratégies et l’on constate que plusieurs Etats membres changent d’orientation quant à cette libéralisation du cabotage. Leur position est plus prudente car l’élargissement à bouger le curseur plus à l’Est et à leur tour ils sont devenus moins compétitifs. Les industriels, chargeurs se sont aussi déplacés. La protection du marché national revient sur le devant de la scène.

Les outils de contrôles n’étant pas adaptés, les distorsions de concurrence toujours accentuées, les réglementations européennes non interprétées ou appliquées de façon identiques ne permettent pas d’envisager une nouvelle avancée de la libéralisation du cabotage.

Navigation

Focus

Ne rendons pas leur métier mortel
en savoir plus

Nos partenaires

Adhérents connectez-vous